Il y a deux ou trois ans je pensais que la perspective du peak-oil serait salutaire (peak-oil = pic maximum de production pétrolière, ensuite baisse de la production)

Les ressources de pétrole conventionnel plafonnent depuis 2005 et il est désormais prouvé que nous sommes rentrés dans la phase de déplétion de cette ressource, l'AIE (Agence Internationale Énergie) retient l'année 2006. Contrainte de ressources, contrainte écologique et crise économique je me persuadai que notre société allait enfin changer de voie ! C'est à dire que les contraintes allaient imposer de devenir raisonnables.
Or ce n'est pas ce qui se passe. A 100 dollars le baril, l'extraction des pétroles non conventionnels devient rentable. Et si le cours du pétrole diminue (ce qui peut arriver dans une économie libérale) la consommation augmentera ipso facto et on repartira vers un nouveau cycle. 

Dans les 2 cas, le réchauffement climatique sera plus intense que "prévu"


Les pétroles non conventionnels:

  • les sables bitumineux du Canada (pollution majeure, destruction massive des sols et des surfaces ...)

  • les huiles extra-lourdes du Vénézuela (bassin de l'Orénoque)

  • les forages profonds au large du Brésil ou de la Louisiane (on l'a vu, les compagnies ne savent pas gérer les risques)

  • les forages en Arctique, voir Antarctique désormais possibles avec le réchauffement climatique. Des conflits géostratégiques se préparent entre les pays riverains de l'océan arctique.

  • la transformation du charbon en pétrole (procédé mis au point par les allemands en 1943), ce procédé génère des émissions de CO2 considérables. Par ailleurs les ressources en charbon sont estimés à plus de 150 ans, largement de quoi nous étouffer au CO2.

  • la transformation des gaz de schiste en pétrole. L'extraction de ce gaz est particulièrement dévastatrice. Le kérogène est présent dans les schistes à l'état diffus. Pour l'extraire il faut fractionner des quantités de roches et injecter de l'eau également en très grande quantité, mélangée à des produits chimiques, bref détruire à grande échelle !



Au final tous ces procédés détruisent notre éco-système, il ne faut surtout pas croire que l'un d'entre eux serait préférable aux autres. Le plus grave est encore à venir, il y aurait 70 ans de ressources pétrolières non conventionnelles sur la base de la consommation prévue en 2035. Autant dire qu'il ne faut pas s'attendre à un changement de cap, on va nous expliquer que la technologie évoluera et réglera tous ces problèmes de pollution, que la technologie saura piéger le CO2.....
A ce rythme le réchauffement climatique se situera plutôt vers les +6° alors que le maximum à ne pas dépasser est de +2°.
Bref contrairement à ce que nous pensions il y a encore trop de pétrole.
Par ailleurs je constate ici comme ailleurs que les gens se mobilisent quand le problème les concerne directement, c'est le cas du gaz de schiste. Ce qui est déjà très bien mais n'est pas suffisant. Quand il s'agit du pétrole de l'Alberta (sable bitumineux) personne ne bouge, chacun son problème. Je pense qu'un collectif mondial pourrait se créer qui rassemble tous les opposants à ces projets délirants. Avec internet ce doit être réalisable !

Cette mondialisation des gens, préoccupés concrètement par leur avenir, serait une première réponse à la mondialisation du profit, ce pourrait être le socle d'un nouveau projet de société et du vivre ensemble.