Surprenant ! J'entends souvent les tenants de l'ordre établi critiquer « la pensée unique » comme la cause des maux actuels.

Bigre que veulent-ils dire ? Eux qui s'inscrivent dans la conservation de l'ordre en place, c'est à dire dans le sillage de la « pensée unique »

J'ai plutôt l'impression que dans leur esprit étroit ils rangent dans la « pensée unique » la plupart des évolutions ou innovations qui remettent en cause l'idéologie en place. A cet égard les notions de partage, de solidarité et d'écologie sont des dangers; c'est pourquoi elles sont combattues.


L'idéologie dominante actuelle, "la pensée unique", est celle de la croissance perpétuelle, appelée aussi le progrès. Cette pensée normée s'impose, de fait ou par mimétisme, au reste de la société. Elle se déploie par une organisation pyramidale des dominants aux dominés, avec la complicité des dominés. Ce qui explique et détermine la construction du monde tel qu'il est.

Cette idéologie largement partagée et mimétique réduit le progrès à sa portion congrue technico-scientifique car la technologie saurait tout résoudre y compris dominer la nature.

Les tenants de l'ordre établi critiquent également le catastrophisme et ceux qui prédisent l'apocalypse. Accuser de pessimisme les opposants à la pensée unique est de ce point de vue une manipulation pour ridiculiser ceux qui pensent différemment.

Les modes de vie ambiants, basés sur le modèle de la richesse et de la possession, sont naturellement conservateurs. C'est à dire que la "nature humaine" est conditionnée par de multiples déterminismes, s'exprimant par des comportements mimétiques et automatiques sans que nous ayons la pleine conscience. Ces comportements s'expriment pleinement dans l'hyper-consumérisme.

Je considère donc que le progrès consiste à relever les défis plutôt que de succomber aux modes de vie ambiants. Le progrès c'est également prendre en compte toutes les limites et contraintes y compris naturelles, pour proposer une voie pérenne.

Notre monde a des défis à relever, ce ne sont pas des menaces apocalyptiques. Prenons la médecine comme exemple, la société a su pour partie relever ce défi mais il est fortement intoxiqué par le profit et une perte de sens sur la finalité; la médecine accomplit des prouesses pour guérir des maladies autrefois incurables ....paradoxe ! ces maladies sont provoquées par nos modes de vie, il serait certainement plus intelligent de modifier nos modes de vie pour ne pas être malades de nos modes de vie. L'écologie est de ce point de vue là un défi symptomatique; il suppose une remise en question de nos modes de vie mais il est en contradiction avec notre "nature" profonde.

Par ailleurs, il ne faudrait pas s'égarer dans des explications et solutions simplistes, qui sentent « bon » la France du terroir, et qui sont avant tout démagogiques et électoralistes.

En résumé 5 défis !!

Premier défi, celui des ressources naturelles: Probablement le plus urgent à relever, la plupart des matières premières sont au Pic de production et sans révision majeure des modes de production et de consommation nous irons jusqu'au bout de l'impasse. Le sauvetage des sols et des éco-systèmes est donc une priorité.

Deuxième défi, la révolution agricole et alimentaire: Les démographes sont des gens sérieux qui se trompent systématiquement dans leurs prévisions. En France les démographes en 1950 prédisaient 40 à 50 millions de Français en 2010, en réalité nous étions 60 millions. On peut donc parier que la population du globe sera plus proche de 10 milliards à son pic, peut-être plus.  Nous connaissons déjà des problèmes de la faim et de production des matières alimentaires. Il est donc urgent de réviser les modes de production et de consommation alimentaires, afin de nourrir sans détruire la terre et la biodiversité.

Troisième défi, sauver le vivant des mutations en cours: La santé ne peut pas être un alibi qui justifierai toutes les manipulations déjà en cours sur le génome humain et tous les bricolages génétiques. Bien sûr qu'il faut guérir, notamment ceux atteints des maladies dites orphelines, mais dans un cadre défini par rapport à des besoins qui ne sont pas ceux des laboratoires médico-financiers.

Quatrième défi, lutte contre le réchauffement climatique (et adaptation): Le réchauffement est en cours et la révision majeure des modes de production et de consommation énergétique est impérative.L'adaptation au réchauffement climatique est également un défi colossal.

Cinquième défi, réinventer un modèle social au sens des relations humaines: Le modèle social actuel, profondément inscrit dans la "nature humaine", est celui du riche qui consomme et gaspille, la classe moyenne est désormais intoxiquée. Ce modèle s'est imposé et détermine une organisation sociologique de la société, en de multiples compartiments « étanches », qui détruit les liens sociaux et tous les systèmes de solidarité collective. Nous vivons une décomposition générale du lien social. Le partage des richesses sera au cœur de ce nouveau modèle social ainsi que le rôle du travail; en tant que moyen de production et médium de socialisation (liens sociaux) Enfin il ne faut pas oublier que l'économie, par le travail, est d'abord conséquente à la structuration du modèle social avant de rétroagir sur l'ordre social.

Sixième défi, celui de la gouvernance: Le pouvoir est-il en capacité d'amorcer et impulser la métamorphose de la société ? Il n'y a pas d'exemple dans le présent et dans l'histoire qui le démontre, au contraire le pouvoir (politique, économique ..) y compris dans les démocraties est un des principaux freins au changement.

Le salut viendra de la base (Edgar Morin) encore faut-il que cette base ne soit pas muselée ou complice.

Comme nous le voyons les défis qui s'annoncent ne sont pas scientifiques, économiques, technologiques ou techniques. Si nous pouvions schématiser la complexité des enjeux, nous pourrions dire que le défi « fil conducteur » est celui du modèle social que nous souhaitons et qui alors déterminera les autres défis....vaste programme car il s'agit de reconstruire les relations entre humains! D'autant plus que tous ces défis agissent et rétroagissent entre eux !